DÉCLARATION : Droit à la communication, des peuples autochtones et des langues minoritaires

L'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) salue la Journée internationale des peuples autochtones qui a lieu tous les 9 août et, en particulier, le thème de cette année, fixé par l'Assemblée générale des Nations Unies, à savoir « les médias autochtones : donner du pouvoir aux voix autochtones » dans le cadre de la décennie pour l'action et la dignité.

Depuis 1994, tous les 9 août la Journée internationale des peuples autochtones est célébrée partout dans le monde. L'Assemblée générale des Nations Unies marque ce jalon afin de sensibiliser les gens sur la situation grave dans laquelle vivent plus de 500 millions d’autochtones vivant dans le monde et afin de promouvoir également la mise en œuvre par les gouvernements de la déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Les peuples autochtones constituent les secteurs les plus démunis de l'ère de la mondialisation. Nous demandons un respect sans restrictions de l'intégrité et la vie des peuples autochtones qui se battent pour le droit à la terre. Ce droit est fondamental à la culture qui représente les valeurs et les formes intégrées et solidaires avec la terre, dont la souveraineté réside dans la valeur de leurs formes de développement bien souvent en conflit avec les modèles culturels hégémoniques.

Dans le cadre de cette journée, il est essentiel d'exprimer le soutien du réseau mondial de radios communautaires aux milliers de radios communautaires autochtones, aux peuples autochtones qui souffrent de la marginalisation et de l'interdiction du droit de s'exprimer dans leur propre langue. La défense de la diversité culturelle et l'expression des langues minoritaires ou légalement laissées pour compte est une condition préalable à la reconnaissance effective de la condition de ces peuples et du droit à l'autodétermination, qui rend possible l'exercice effectif de la citoyenneté des populations autochtones.

Nous affirmons que l'exercice effectif du droit à la communication fait des langues de chaque peuple une forme d'exercice du droit à l'identité individuelle et collective qui rend le droit d'accès aux fréquences de radio et de télévision un droit préférentiel des groupes moins puissant qui composent la diversité culturelle et ethnique de tous les territoires et les peuples du monde.

Dans le monde d'aujourd'hui, la défense de la culture en tant que partie de l'identité exige des espaces et des médias, complétant le pluralisme qui permet la survivance des valeurs que chaque communauté et culture considèrent siennes. Par conséquent, nous soutenons le droit à la communication des peuples autochtones afin qu’ils aient accès équitablement à la radio communautaire.

L'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) estime que toute reconnaissance de la dignité des peuples autochtones, dans toute partie du monde ne sera entière si le plein exercice du droit à la communication n’est pas assuré, et ce, car la réalisation totale du droit à la communication est un élément essentiel de la souveraineté culturelle, qui autorise la participation de plein droit dans l'espace public.

C'est afin de garantir le pluralisme dans les médias avec des médias communautaires en tant qu’espaces de participation pour ceux et celles qui, de par leur origine ethnique, sont souvent marginalisés et dénigrés.

L’AMARC demande aux gouvernements l'inclusion des peuples autochtones comme des acteurs sociaux des systèmes médiatiques, reconnus dans leur autonomie et dans les luttes en défense de leurs droits qui ont lieu dans toutes les régions du monde. L’AMARC salue également les milliers de radios qui sur chaque continent mettent en valeur une communication qui fait place à l'expression de la diversité culturelle qu’elles représentent.

Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC), le 9 août 2012